Le site bleu-vert, retour d'expérience
    

 

Le site bleu-vert, retour d'expérience
 Accueil
 Retour d'expérience
 Dossiers
 D'autres liens

 Nous contacter

Le site bleu-vert, retour d'expérience

Mon accouchement

 

Déroulement de l'accouchement d'Agathe (vu par Loïc)

Comment se sont déroulés les jours avant l'accouchement ?

Jusqu'à une semaine de l'accouchement, Agathe n'avait aucun signe de l'approche de la naissance. Elle a bien eu des maux de dos depuis la mi-avril (37 SA), mais rien d'autre.
8 jours avant le jour J, elle a eu les premières contractions de fin de grossesse, et nous avons alors pensé que l'accouchemment était pour le week-end du 6/7 mai 2006. Mais les contractions se sont à nouveau montrées plus irrégulières et moins fortes. Cependant lors de la dernière visite, le col était déjà un peu dilaté. D'où une incertitude sur la durée de l'attente ....

Comment se sont déroulées les dernières heures avant le départ pour la maternité?

La veille de l'accouchement, vendredi 12 mai au soir, Agathe a connu des maux de tête, ce qui ne lui était pas arrivé pendant toute la grossesse (en temps normal, elle est sujette aux migraines). Elle a néanmoins pu s'endormir. Cependant vers 05h15, elle a été prise de maux de ventre très forts. A 06h00, elle a pris 2 Spasfon (comme il est préconisé de faire en de telles circonstances - cf les cours de préparation à l'accouchement) mais les maux ont persisté : c'était donc pour bientôt ;-) !
Agathe se trouvait donc face à de véritables contractions, mais de travail cette fois-ci. Elle a commencé à chronométrer la durée entre chacune. L'intervalle était relativement faible : 4 à 5 minutes. La douleur étant très vive, elle a repris 2 Spasfon à 6h30, elle a essayé de prendre un bain mais celà ne l'a pas soulagée, du coup elle a encore repris 2 autres Spasfon à 07h00.
Il faut noter que pour supporter la douleur des contractions, Agathe se mettait en position du hamac (pour le bébé), sur le sol appuyée avec ses avant-bras et ses genoux, grosso modo à "quatre-pattes" avec le dos cambré.
A 07h30, nous avons quitté l'appartement d'Asnières et nous sommes partis en direction de l'hôpital de Colombes, Agathe sur le siège arrière, toujours en position hamac. Nous sommes arrivés aux urgences un petit quart d'heure après.

Comment s'est passée l'arrivée aux Urgences ?

Agathe a été admise directement dans la salle d'examen après que je sois allé à l'accueil dire tout simplement : "Bonjour, ma compagne est sur le point d'accoucher !". J'ai présenté une étiquette reprenant son numéro de dossier et l'infirmière a rapidement retrouvé son dossier puis une étudiante sage-femme (très sympathique) l'a examiné après avoir jeté un coup d'oeil sur le dossier. Quelques instants après, elle est sortie (afin de faire confirmer son diagnostique) puis une sage-femme plus expérimentée est arrivée, le verdict est tombé : le col était dilaté à 10 cm ... La sage-femme en question était une de celles qui avaient dispensé les cours de préparation à l'accouchement (une chance car Agathe a de suite été mise en confiance). Nous pouvions passer en salle de travail !!!

Que s'est t'il passé dans la salle de travail ?

Agathe a donc été conduite par un brancardier en salle de travail sur un fauteuil. Puis elle a été mise sur le lit. Après quelques discussions, les sages-femme se sont mises d'accord pour faire accoucher Agathe "suspendue" à une barre en bout de lit. En effet, il était certainement trop tard pour faire une péridurale et c'était pour elles une bonne occasion d'utiliser une méthode alternative afin que l'accouchement se déroule de la meilleure des façons et avec le moins de douleur (pour schématiser Agathe était en bout de lit accrochée à une barre horizontale, les sages-femmes en face d'elle étaient par-terre et moi, j'étais quasiment le mieux assis puisque derrière Agathe sur le lit, mais néanmoins géné par les étriers .... ça aide à rester vigilant !)
Cependant, avant de mettre en pratique cette méthode d'accouchement, il fallait percer la poche des eaux pour éviter la pression sur la tête du bébé, ce qui fut fait sur le lit. Je m'attendais à plus de liquide que le très mince filet qui s'est écoulé, mais non la tête de bébé a du se mettre dans le mince espace laissé par cette eau et empêcher tout autre écoulement.
Par la suite, Agathe a eu une perfusion et quelques petits trous (ah, ces bras "marbrés" !!!). Elle s'est donc accrochée à la barre en bout de lit, j'étais derrière elle pour la maintenir puis elle s'est assise sur un marche-pieds pour reposer ses mains. Ceci en attendant les contractions et les poussées qu'on lui demandait d'effectuer. A ces moments là, Agathe s'appuyait sur ses jambes. Nous poussions le marche-pieds et elle effectuait les poussées.
Au bout de quelques contractions, Agathe s'est fatiguée et ne tenait plus trop sur ses jambes, les sages-femmes lui ont proposé de se mettre dans la position qu'elle souhaitait. Je vous le donne en mille : le hamac. La sage-femme lui a massé le dos et quelques contractions ont eu lieu avant que nous nous remettions dans la position précédente.
Cette fois-ci, la fin de l'aventure était proche. Le sommet de la tête du bébé apparaissait à chaque contraction. La position de la barre avait été modifiée, ceci afin qu'Agathe ait ses épaules au-dessus de la barre et qu'elle puisse ainsi s'appuyer et pousser encore plus fort pour que la délivrance ait lieu. Dans cette position, à la suite de la prochaine contraction, la tête est descendue encore un peu plus et entre 2 contractions, les sages-femme ont proposé à Agathe de toucher la petite tête de bébé entre ses jambes (Fantastique non !!!!).
Agathe a énormément apprécié ce moment, à partir de ce moment elle sentait la présence de bébé entre ses jambes, et ça lui a donné encore plus de force pour qu'à la deuxième longue contraction qui a suivi, bébé sorte entièrement et prenne sa première inspiration.

Qu'est ce que j'ai ressenti à ce moment là ?

Un immense soulagement et une très grande joie que tout ce soit aussi bien passé, qu'Agathe ait pu supporter l'accouchement sans péridurale, que le bébé soit né et qu'il soit là, tout simplement. Agathe a été merveilleuse de courage, je suis admiratif ! Et vraiment reconnaissant de l'ensemble du travail réalisé par l'équipe médicale. Merci !

 

Déroulement de mon accouchement

A la maison

J'ai accouché pour la première fois le samedi 13 mai 2006, le jour de mon anniversaire. Les premières contractions douloureuses m'ont réveillées à 5h30. Je me suis levée et j'ai avalé deux comprimés de Spasfon. Je me suis assise à califourchon sur une chaise avec un oreiller sous la tête, en respirant très profondément et très lentement. J'ai attendu quelques minutes mais rien n'a changé, les contractions revenaient toutes les 6-7 minutes. J'ai repris deux Spasfon pour être bien sûre que ce n'était pas un faux travail. J'ai marché dans la maison. Et les contractions revenaient encore. A 6h30, j'ai réveillé mon chéri qui dormait comme un bienheureux et je lui ai dit de se préparer, qu'on partirait à 7h30 au plus tard (car il était conseillé de rester au moins 2 heures à la maison avant de partir pour la maternité, pour un premier bébé). En attendant qu'il se prépare, j'ai fait couler un bain. Je me suis glissée dans la baignoire mais la douleur était trop récurrente, je n'étais pas du tout à l'aise allongée, je suis ressortie au bout de 3 minutes. Mon utérus était bel et bien en plein travail, notre bébé allait naître, il fallait partir pour l'hôpital. Je me suis rhabillée tant bien que mal entre deux contractions, qui étaient plus rapprochées à 4 minutes. A chaque nouvelle contraction, je me mettais à quatre pattes par-terre, la tête entre les bras. C'est ce que Chéri appelle la "position en hamac": l'utérus devient comme un hamac pour le bébé, et facilite son passage dans le bassin, en fléchissant sa tête (j'ai bien retenu mes leçons de préparation à l'accouchement! ;) ). J'avais l'impression que Bébé allait sortir, je serrais les fesses et pressait mon chéri pour qu'on parte. On a pris l'ascenseur, j'étais encore par-terre, à quatre pattes. Dans le parking sous-terrain, pendant que Chéri sortait la voiture, j'étais toujours à quatre pattes. C'était la seule position dans laquelle je me sentais bien, et tant pis si c'était sale par-terre.

L'arrivée à l'hôpital

A 7h30, on partait en voiture (moi derrière, attachée, et ... en position hamac). A 7h45, on arrivait aux urgences de la maternité. Chéri est allé faire l'admission et je suis allée voir l'infirmière de garde. L'infirmière de garde m'a pris ma tension, m'a demandé si j'allais accouché (j'ai fait oui de la tête), m'a demandé de faire pipi dans un gobelet (j'ai fait non de la tête, elle n'a pas insisté). Une sage-femme est arrivée, j'étais à quatre pattes par-terre. Elle m'a examinée, et a appelé une autre personne. L'autre personne est arrivée, c'était la sage-femme qui m'avait donné les cours de préparation à l'accouchement, je l'aimais beaucoup, ses cours étaient super! A ce moment, j'avais des contractions toutes les 3-4 minutes mais moins douloureuses qu'à la maison. Peut-être l'effet "hôpital"? Elles étaient moins douloureuses mais, à chacune d'elles, je me retenais pour ne pas pousser, je serrais les fesses, bébé était pressé! La deuxième sage-femme (celle que je connaissais et qui m'a reconnue aussi) a annoncé que c'était la poche des eaux qui se pointait et que mon col était dilaté à 10 cm. Ah bon? Mais je croyais que ça prenait en moyenne 12 heures pour une première grossesse? D'un autre côté, j'étais très contente d'aller si vite en salle d'accouchement! :) "Ma" sage-femme m'a demandé si je gérais bien (la douleur) ou si je voulais une péridurale. Je n'ai pas voulu de la péri, mon bébé voulait naître, je voulais le faire sortir, et tout de suite! On m'a conduite en fauteuil roulant à la salle d'accouchement (n°4), mon chéri était auprès de moi.

Dans la salle de travail

Je me suis déshabillée, j'ai passé une blouse jaune et je me suis allongée sur le lit d'accouchement. Chéri était à côté de moi. On m'a placé sous monitoring, pour vérifier que Bébé allait bien. On m'a également posé un cathéter au cas où on devrait me faire une perfusion. Ma sage-femme a percé la poche des eaux car il y avait trop de pression sur la tête de Bébé. J'ai acquiescé et un fin filet de liquide a coulé quelques secondes. Il y avait six sages-femmes, infirmières et élèves dans la salle. Toutes là pour assister à mon accouchement san péri et à quatre pattes! Ce n'était pas très intime, mais peu importe, l'ambiance était bonne! :) J'ai fait tout le travail de poussée, suspendue à une barre l'horizontale, le bassin bien en bas, les genoux fléchis, les pieds bien posés au sol. Chéri était assis sur le lit derrière moi, il me soutenait sous les bras. Je poussais dés que j'en ressentais le besoin. Les sages-femmes & infirmières étaient assises ou debout devant moi. Elles me laissaient entièrement géré mes poussées (pas une fois de "poussez madame, poussez!" :) ). Elles me souriaient et m'encourageaient, et ça c'était très important! De même, mon chéri me caressait les cheveux, me parlait. Même si je ne répondais pas, je sentais ses bras, ses mains contre moi, c'était inestimable. On a accouché à deux! Au bout d'un moment, j'ai senti mon bébé entre mes jambes, dans mon bassin. Je me suis alors placée debout, la barre sous les bras, pour les dernières poussées. Quelques poussées après, la sage-femme m'a demandé si je voulais toucher la tête de mon bébé qui apparaissait à l'extérieur. J'ai tendu mon bras et j'ai caressé les cheveux de mon tout petit, un moment magique. A une poussée suivante, j'ai eu mal, ça m'a brûlé au périnée (petite déchirure), j'ai continué à pousser fort en me disant que mon bébé allait être là dans quelques minutes, allez! Notre bébé naissait à 9h37.

Et après la naissance

Chéri a coupé le cordon ombilical. J'étais exténuée mais très fière et très heureuse. J'avais mal aux mains, aux bras et aux jambes, je ne tenais plus debout. Je me suis allongée sur le lit. Au bout de quelques minutes, mon bébé était allongé sur ma poitrine, peau à peau. Il avait les yeux ouverts. Nous sommes restés 20 minutes à nous observer, c'était très fort, j'étais presque intimidée. Une infirmière l'a ensuite mesuré, pesé et habillé avec son papa, dans la salle de travail. On m'a retiré le placenta en appuyant fort sur le ventre, un moment très désagréable, mais bon. J'ai ensuite enfilé une chemise de nuit et pris mon bébé dans le creux de mon bras. Il n'a pas cherché à téter et s'est endormi. J'ai eu droit à quelques points de suture mais je suis très heureuse que mon accouchement ce soit déroulé dans d'aussi bonnes conditions et aussi rapidement! Un accouchement comme je l'ai rêvé!